Photos de ma 404

Publicités

Nationale 7

Nationale 7

Mon projet
Descente de la N7 en 2016 : Départ de mon departement 80 (Somme) le 14 juillet 2016, retour le 6 août 2016. Il y a 2 trajets, le premier c’est bien évidemment la descente de la nationale 7 ! (avec quelques détours) Je commence la N7 à partir de Fontainebleau et non de Paris, trop le bordel pour la circulation, surtout un 14 juillet ! Ensuite direction Montargis, le musée N7 à Mormant De Vernisson, le pont canal de Briare, Cosne Cours, Pouilly Sur Loire et le resto Les 200 bornes, Nevers, petit arrêt devant le circuit de Magny Cours, Moulins, Lapalisse (2 jours), Roanne, Tarare et le col du Pin-Bouchain, Lyon, Vienne, Auberives sur Varèze, le p’tit train touristique de Tournon Sur Rhone, Valence, Mirmande, Montélimar, la ferme aux crocodiles à Pierrelatte, les gorges de l’Ardèche, le musée N7 a Piolenc, Orange, Avignon, Aix En Provence, Tourves, Brignolles, Fréjus, St Raphaël et la corniche d’or, Cannes, Antibes, Juan Les Pins, Nice, Monaco, Monte-Carlo et bien sur Menton. Le deuxième trajet est celui-ci : De Menton, Direction quelques heures en Italie puis retour en arrière sur la N7 pour prendre la direction de Grasse, Castellane, les gorges du Verdon, Dignes les Bains, Sisteron, le Vercors, Grenoble,  le lac d’Annecy, le lac Léman, Yvoire, Thonon Les Bains, Genève et quelques balades en Suisse, puis retour sur l’autoroute pour le grand retour a la maison. J’ai prévu 10 campings, 3 nuits dans les bois  ! J’espère pouvoir entreprendre l’aventure sans trop de problème (je suis monsieur poisse), rien que l’organisation pour les campings c’est pas évident, pas question de faire autre chose qui n’a pas été prévu a l’avance, c’est chiant mais si l’on ne veut prendre aucun retard il faut respecter l’agenda. Si vous avez quelques suggestions, n’hésitez pas, j’ai encore le temps pour l’organisation
Plaque de rallye
Ma plaque de rallye est prête !

: eriba :

Departement traversés : Somme, Oise, Seine et Marne, Loiret, Cher, Allier, Loire, Ardeche, Drome, Vaucluse, Bouches du Rhone, Var, Alpes Maritimes, Alpes de Hautes Provence, Hautes Alpes, Isere, Savoie, Haute Savoie, Ain, Jura, Cote d’Or, Aube, Marne et Aisne.

la route des vacances

. Mon reportage :

2016 est pour moi l’année nationale 7 ! Voici un petit résumé de notre aventure sur la fameuse route française, célèbre pour ses murs peints, ses rangées de platanes majestueux, ses ruines de garages anciens, ses bornes Michelin et ses voitures anciennes qui sillonnent la route quotidiennement.
Départ de mon village (près d’Amiens) le 14/7 à 16h, nous prenons l’autoroute A1 tranquillement, pas beaucoup de circulation mais beaucoup de gendarmes. Nous passons Melun et Meaux (pas question de commencer à Paris un 14 Juillet !) direction Fontainebleau.
Nous passons notre première nuit dans la forêt de Fontainebleau, très exactement au niveau du parking du site du Rocher Canon, un bel endroit tranquille mais malheureusement trop près de la route, le bruit du passage des camions empêche toute sérénité malgré le doux chant des oiseaux.
15/7, nous passons Nemours et arrivons à Montargis. Malheureusement la visite fut courte car impossible de trouver une place ou de stationner avec la caravane. Nous mangerons au resto « Le relais du miel », que je vous recommande, situé à côté du musée de la N7 de Mormant-Sur-Vernisson, enfin ce qu’il en reste ! Des cambrioleurs ont pris soin de dévaliser ses lieux, laissant très peu de vestiges d’antan. C’est un hôtel désormais, le propriétaire nous a fait visiter les lieux, et l’esprit de la N7 est toujours omniprésent ! Plus tard dans l’après-midi, arrêt sur le pont canal de Briare (impressionnant), puis arrivés tranquillement au camping « Le Malaga » de Pouilly-sur-Loire, très silencieux !
16/7, petit arrêt photo devant le circuit de Magny-Cours, puis visite de la belle ville de Moulins. Nous arrivons tranquillement l’après-midi à Lapalisse (enfin une ville où l’on peut se garer sans problème avec la caravane), c’est le coup de cœur tout de suite ! Promenade en 404 oblige, à pied et à vélo, avec un temps très ensoleillé. Nous passerons 2 nuits au camping de la route bleue. Nous ferons également une grande promenade à vélo vers Saint Prix, et le resto du Bourbonnais à Lapalisse (on s’est régalé). Vivement l’embouteillage en Octobre !!
18/7, passage à Roanne, Tarare, le Col du Pin Bouchain. Nous contournerons Lyon et sa circulation bouchonnée pour arriver à Vienne. Les grosses chaleurs arrivent déjà, on cuit dans la 404 et les freins ainsi que l’embrayage n’apprécient guère ! Une bonne baignade au camping d’Auberives-sur-Varèze fait le plus grand bien !
19/7, retour sur la N7 avec un arrêt à Tournon-sur-Rhône pour une balade dans le train des gorges de l’Ardèche. Un très beau voyage dans un paysage magnifique. Puis retour a Tain L’Hermitage direction Valence (je n’ai pas pu visiter le village de Mirmande, faute de temps) puis Montélimar et ses nombreuses bornes kilométriques. Nous ferons un arrêt à Pierrelatte pour visiter la ferme aux crocodiles. Sous une chaleur extrême, nous avons bien mérité un peu de repos au camping Le Moulin à St Martin-D’Ardèche, une bonne douche froide et un transat, suivi de l’apéro du campeur (un p’tit verre pour le chef, un p’tit verre pour le chef !). 21h, il fait encore 40° dans l’Eriba, dure dure la vie de campeur !
20/7, la matinée commence par la découverte des gorges de l’Ardèche jusqu’à Vallon-Pont-D’arc. Paysages extraordinaires !
Retour sur la N7 et ses trésors patrimoniaux, nous passons Mondragon, Mornos, Piolenc, et nous nous arrêtons au musée de la N7, riche en souvenirs, et c’est avec beaucoup d’émotions que nous découvrons le bric à brac qui s’y trouve. J’en veux encore !
Après un passage à Orange, nous faisons escale au camping des Favards à Violès, là où les cigales et autres grillons nous bercerons de leurs chants…
21/7, arrivé à Avignon, nous avons là aussi beaucoup de difficulté à nous garer avec la caravane, mais à force de tourner on a fini par trouver. Nous avons finalement pris le bus pour descendre au pont Saint-Bénézet, avec la visite du Palais des deux papes. Plus loin dans la journée, nous passons Aix-en-Provence, avec au loin un regard sur les champs de soleil et de lavandes, et Brignoles où nous passerons la nuit au camping municipal très rétro.
22/7, retour sur la très fréquentée N7, on aperçoit de plus en plus de véhicules anciens sur les routes, même si la plupart sont à l’arrêt ou à l’abandon. Nous quittons la N7 pour nous rendre au camping immense de la plage d’argent à St Aygulf (très bruyant à cause des enfants mais très sympa). Nous irons visiter St Tropez et ses vieux quartiers, le port aux bateaux somptueux et gigantesque, la gendarmerie du « gendarme de St Tropez » avec nos regrettés Galabru et De Funès, ainsi qu’une balade en mer histoire d’admirer la côte et ses villas richissimes. Il y a une activité très importante sur la route, on se croirait à Paris à certains moments. Notre voiture a eu du succès !
23/7, on quitte la N7 à nouveau pour une promenade le long de la corniche d’or (qui s’étire sur 27 kilomètres) : nous passons Fréjus et St Raphael (gros bordel pour circuler) direction le cap du Dramont, Anthéor, Le Trayas, la calanque des Anglais, les massifs de l’Esterel, le cap roux etc… Nos yeux s’émerveillent par tant de beauté. Baignade obligatoire entre les calanques de couleur rougeâtre. De grands moments de bonheur, malgré la très grande fréquentation de gens venus des 4 coins de l’Europe.
Nous continuons la promenade à Cannes, direction la croisette. Notre 404 a eu une fois encore beaucoup de succès même si ça sent le fric ici, entre les bâtisses monumentales, les hôtels de stars, les voitures de luxe (la plupart venue du Koweït), il y a de quoi en prendre plein la vue !
Retour au camping en fin de journée à cause de la pluie, mais finalement l’orage est resté dans les montagnes un peu plus haut.
24/7, retour au massif de l’Esterel pour une journée détente, plage et farniente. Le panorama saisissant des rochers rougeoyants s’enfonce dans le bleu éclatant de la méditerranée.
25/7, départ du camping, et passage à Antibes, Nice, et direction Peillon au camping de la Laune. Nous visiterons le vieux village de Peillon situé sur les hauteurs, tout en pierre, le panorama est là aussi magnifique, on y ressent la zen attitude. Puis en fin d’après-midi direction La Turbie (avec une vue imprenable sur la principauté de Monaco), le Cap D’Ail, Monaco et Monte Carlo ou il règne là-bas un monde de folie mais aussi d’inconscience, tout le monde roule n’importe comment, ne respectant rien ni personne (pas de place pour nos anciennes).
26/7, c’est la fin de l’aventure N7, nous arrivons à Menton ! Nous avons bien apprécié cette ville, accueillante et moins chic. Une visite à pieds s’impose dans le vieux Menton, entre les monuments historiques et ses bâtisses aux charmes d’antan. Nous pousserons l’aventure jusqu’à l’ancienne frontière, là où la célèbre scène du film « Le Corniaud » fût tournée, et poserons avec la 404 au niveau du fameux panneau Menton-N7 (dommage une voiture de flic stationne juste devant) passage photo obligatoire pour tout collectionneur !
Nous irons également faire un tour en Italie, à Vintimille, malheureusement là encore, nous n’avons jamais pu trouver la moindre place pour stationner. De retour à Menton nous avons profité de la plage et des cocktails bien frais, ainsi que des félicitations des gens qui apprécient notre voiture.
27/7, la seconde partie des vacances commence ! Départ de Peillon où nous nous sommes rendu chez un collectionneur de véhicules anciens (il nous a interpelé en moto) très sympathique, et où nous avons pu profiter de la découverte de ses véhicules superbes. Puis dans l’après-midi, arrivés au camping des Gorges du Loup à Bar sur Loup, et visite du Saut du Loup et la cascade de Courmes, ainsi qu’une balade dans les gorges avant quelques longueurs à la piscine du camping. Nous avons discuté d’anciennes avec le cuisto du camping, lui-même collectionneur. Le soleil se couche, la nature s’endort, les pépiements des oiseaux s’apaisent, tranquillement nous buvons une tisane à 22h en admirant la montagne, le pouls de la nature ralentit et les grillons apparaissent lorsque tout est sûr et calme, pour installer leur discrète contribution aux rythmiques nocturnes. Le camping s’apprête à se reposer, les étoiles font leurs apparitions, on vole dans une nuit lumineuse, porteuse de tous les rêves…
28/7, départ du camping direction Grasse, nous prenons la route napoléon, avec des vues magnifiques sur le col de la Faye à 984m d’altitude, ou encore le col du Luens à 1056m et celui de Valférrière à 1169m. Je m’amuse comme un enfant à faire des photos de mon attelage devant toute cette beauté naturelle. 12h, nous arrivons à Castellane pour 3 jours au camping le domaine du Verdon. Nous faisons une première virée sur les hauteurs du canyon du Verdon (clue de Chasteuil, clue de Carejuan, point sublime), puis visite du petit village médiéval de Rougon, paisible et chargé d’histoire.
29/7, après une paisible nuit, les oiseaux ouvrent de leurs chants une journée encore bien ensoleillée. Bercés par la longue litanie de l’eau qui coule sur les pierres et sur la mousse, on entend le murmure du ruisseau situé juste en face et qui nous emporte vers le calme intérieur. La journée s’annonce bonne, il est 9h, direction maintenant la suite des canyons du Verdon, la route des cols qui culmine à 1285m, puis arrêt photos (j’en fais beaucoup) au belvédère de Mayreste avec une vue très large sur le canyon. Ensuite nous faisons une halte au resto : le petit lac à Moustiers Ste Marie (sympa le cadre) et direction ensuite le lac de Sainte Croix pour un moment détente en pédalo et nage au bord du lac. L’aventure continue en sillonnant les montagnes un peu plus bas pour arriver au village de Sillans-la-cascade, où, comme son nom l’indique, abrite une bien belle cascade. Apaisement total, pour vivre un simple et tendre moment de détente et de ressourcement. Le cadre est vraiment paradisiaque, on y arrive à pied à 1km du village, et l’on peut s’y baigner.La route du retour a été nettement moins agréable ! Un gros connard de kéké a voulu à tout prix passer dans un virage où il n’y avait pas de place pour doubler. Heureusement je la maîtrise ma 404 mais nous avons bien failli finir dans le décor. J’espérai coincer cet abrutit a un feu rouge plus loin mais il n’y en avait pas, dommage. Le soleil se couche derrière la montagne, tout devient orangés, il fond très vite dans l’horizon, laissant place à une nouvelle nuit étoilée.
30/7, après une matinée courses/lavage du linge/rangement etc…, nous reprenons une dernière fois le canyon, cette fois côté rive gauche (ballons de la Mescla, pont de l’Artuby), et pic nic devant les collines d’Estelle. Nous descendrons ensuite les petits villages de Trigance et Soleils, et prenons la direction du lac de Castillons, avec baignade obligatoire dans cette eau turquoise très agréable. Comme toujours nous choisissons un p’tit coin pénard, à l’ombre des feuilles, sans trop de monde, histoire de se relaxer tranquillement.
De retour au camping, le soleil fait encore briller la nature comme un tableau de Van Gogh et fait chanter les grillons. N’est-il pas merveilleux d’aller se coucher en compagnie du plus paisible des poèmes musicaux, et que celui-ci soit le dernier écho qui parvienne à vos oreilles.
31/7, départ du camping, mais avant de quitter Castellane, nous visitons le musée Citroën d’Henri Fradet. Une collection personnelle de toute beauté qui renferme des trésors, comme par exemple la plus ancienne Traction ou la plus ancienne DS.
Midi, nous arrivons à Digne les Bains et prenons la direction de Sisteron, au loin nous apercevons les montagnes de Gache et de St-Genis, et la 404 a de plus en plus de mal à monter les côtes sous cette chaleur. Madame Eriba se laisse tranquillement mener !
Arrivés à Gap à 16h, nous sommes pris dans un orage de grêles, obligé de mettre une bâche sur le pare-brise par peur qu’il éclate (certains grêlons sont aussi gros que le bout de mon p’tit doigt). Résultat bonhomme trempé ! De 37° on passe à 18° en 30 minutes ! Hallucinant.
La longue grimpette de la sortie de Gap a fait chauffer le moteur, on s’arrête donc dans un bois du col Bayard à 1248m d’altitude. Il fait frais, la lumière est diffuse, on est loin du fracas nauséabond des villes, alors nous décidons de diner ici. 20h, nous reprenons la route N85 (la route napoléon) direction Grenoble. On aperçoit sur la droite les montagnes du parc national des écrins, malheureusement pas possible de prendre de photos à cause de la pluie et de la brume. J’avais l’impression de rouler dans les nuages. Nous nous sommes arrêtés devant la statue de Napoléon à Laffrey. Après Vizille nous prenons l’autoroute A41 jusqu’à 23h30.
1/8, arrivés à Annecy à 9h, nous découvrons la belle vue du lac. Nous y ferons un arrêt derrière la place de l’église de Sévrier, un coin sympa ou l’on peut s’y allonger comme au bord de mer. Puis direction le camping des champs fleuris a Duingt. Nous visiterons l’après-midi la grotte et la cascade de Seythenex puis le vieux Annecy (charmant). La vue sur les montagnes (Mont Veyrier/Mont Baron/Dents Lanfon/La Tournette…) depuis le lac est superbe.
2/8, décollage du camping en direction du lac Léman. Arrivés à la Roche-sur-Foron, la valve de la roue droite décide d’exploser ! Heureusement il y a un euromaster à côté, mais il faudra attendre 12h pour repartir. Après le dépôt de l’Eriba au camping Matthieu d’Yvoire (très bon accueil) nous visitons ce village médiéval absolument magnifique et incroyablement bien fleurie (classé dans les plus beaux villages de France depuis 1974).
La vue sur le lac Léman est superbe, c’est la plus grande masse d’eau douce d’Europe, d’une superficie de 582km2 et 72 km de long.
3/8, l’Eriba restera au camping pendant que la 404 va faire les dernières découvertes des vacances. On prend la direction de Thonon-les-Bains, puis la très fleurie ville d’Evian, en direction de Chillon en Suisse, avec un arrêt au superbe château du XIII siècle.
Après un p’tit sandwich sur une aire de repos, on pousse l’aventure Suisse jusqu’à Sion, là où nous attendent mes amis Guillaume et Mélody. Et c’est avec émerveillement que nous découvrons cette ville entre les montagnes située à 500m d’altitude. Nous y ferons une balade à pied en ville ainsi qu’une petite escalade au château de Valère (621m) et Tourbillon (655m) construit au XIII siècle également. La vue est impressionnante.
Le soir, resto sympa entre nous.
4/8, c’est notre dernière vraie journée de vacances, après un moment musical passionnant entre nous, nous prenons la route de Nax, là où nous attend à 1300m d’altitude un panorama incroyable sur toute la vallée. C’est vraiment du grand spectacle qui en met plein la vue. Les sommets les plus hauts dépassent les 3000m et nous pouvons observer les neiges éternelles, alors qu’à notre altitude il fait encore bien chaud. D’autres vues extraordinaires nous attendent en redescendant le col, comme par exemple la pyramide Euseigne a 980m. Un peu plus loin une Eriba, laissée là par des Allemands partis faire le sommet en voiture (pas prudent de la laisser seule comme ça, j’ai failli l’atteler !).
14h30 nous quittons Sion pour le retour au camping. Nous nous arrêtons en chemin pour visiter les grottes du Triant et la superbe cascade. La Suisse est vraiment un beau pays : paysages fantastiques, jolies villages, habitants accueillants et souriants, et aussi pays très propre ! la circulation y est calme, personne ne vous « colle » en voiture, c’est un tout autre monde.
De retour en France, c’est la pluie qui nous attend, puis l’orage.
5/8, c’est aujourd’hui la route du retour, plus de 600 km d’autoroute nous attend !
9h30, pour regagner l’autre côté de la France nous passerons une nouvelle fois en Suisse, et traverserons Genève. Puis, c’est l’entrée à la douane (quelle est votre provenance, que ramenez-vous, combien d’argent avez-vous…) j’avoue, je ramène beaucoup de chocolat suisse !
La consommation de la voiture avec l’Eriba est élevée (16 litres) et nous roulons qu’a 90km/h maxi, et n’arriverons qu’à Châlons-en-Champagne à 22h ! Bon c’est vrai, nous avons fait une grosse sieste sur une aire de repos.
6/8, entre les aires de repos fermées et les très bruyantes, il était dur d’en trouver une tranquille. Réveil à 7h30, il est l’heure de finir l’aventure et reprendre la corvée de l’autoroute. À la sortie du péage, la note de 90 euros tombe, ça fait mal !
Nous arrivons à la maison à 10h30, reste alors à tout ranger, mon dieu quel bordel là d’dans !
Nous aurons fait en tout 4070km, et dépensés environs 2000 euros. Mais quel bonheur ces vacances !!!

Bilan positif : Avoir pu enfin parcourir la fameuse N7, même si je n’ai pas eu le temps de tout faire en détails. Il y a tellement à voir ! Les paysages sont superbes, les villes sont riches d’histoires et n’attendent que vous pour les dévoiler.
Bilan négatif : trop de maisons abandonnées, d’établissements fermés. Les bornes N7 sont mal situées. Trop de camionnettes de prostituées au début de la N7, ça ne fait pas vacances tout ça ! lol.
Circulation infernale sur St Raphael, Nice et Monaco. Peu de voitures anciennes sur les routes, je m’attendais à en voir beaucoup plus ! Trop chaud pour la faire en juillet, nous autres dans ch’nord on n’est pas habitué !
Après la Normandie, les Ardennes Française et Belge, les Vosges, la N7, La région PACA, la région Rhône-Alpes et la Suisse, la 404 et l’Eriba vous donnent rendez-vous pour leurs prochains projets vacances en Bretagne ou en Alsace ! A suivre en 2017 ou 2018…

Toutes mes photos sont disponible ici :

Photos

DSCN1706

DSCN1712

DSCN1719DSCN1771

DSCN1959DSCN19822016-07-20 12.34.382016-07-26 16.27.372016-07-27 19.29.40

etc…

  • L’embouteillage de Lapalisse 2016, mon reportage :

A 5.40 nous passons devant la caméra.

 

L’embouteillage de Lapalisse, j’y était ! Voici mon petit reportage de ces quelques jours sur la N7 et du rassemblement (1138 kilomètres en tout.).: eriba :

6 Octobre, ma Peugeot 404 et ma caravane Eriba sont prêtes pour le départ ! Cette fois je pars avec mon père.
8h30, décollage. 12h30, c’est l’heure du repas, nous faisons halte au bord de la route de la forêt de Fontainebleau. Nous passons ensuite Nemours pour arriver à Montargis. Durant nos vacances d’été, nous n’avons pas pu visiter la ville faute de trouver une place pour stationner avec la caravane, c’est chose faite maintenant. C’est parti pour la visite de la Venise du gâtinais : château, écluse, ses ponts (donc la passerelle de la pêcherie) mais également ses crottes de chien ! Oui oui, mais pas de vraies voyons, ici elles sont aux pralinés ! Nous reprenons la route direction Briare. La poisse n’aura pas tardé à faire son apparition, l’un des pneus de l’Eriba a fait boom ! Arrêt d’urgence sur le bas-côté, sans vraiment de place pour changer la roue. Un pneu neuf qui lâche ça fait toujours plaisir, et en plus, dans la précipitation, j’ai oublié le cric en partant. Ce fût donc un vrai casse-tête et une perte de temps à retrouver un pneu en 145 x 10 !
Arrivé a Briare, je m’empresse de faire découvrir à mon père le pont canal (il fût éclusier pendant 40 ans), je l’avais déjà vu cet été et c’est toujours un plaisir. Nous reprenons la route et faisons halte à Cosne-Cours, au camping (très calme).
7 octobre, après une nuit très fraîche (il fessait 2° à six heures du mat), nous reprenons la N7 en direction de Pouilly/Loire. Nous faisons halte devant le resto « Les 200 bornes », qui ne demande qu’à reprendre du service. Nous faisons également halte à la Charité sur Loire, avec une balade en ville et devant les remparts. Un peu plus loin se sera également la pause à la borne N7 de Pougues les Eaux. Nous traverserons également Nevers avant de faire une balade à Moulins. En fin d’après-midi nous arrivons au camping « la courtine » à Chatel de Neuvre. Accueil très sympathique. Il est situé au bord d’une réserve naturelle et de l’Allier. Ambiance zen assurée, et il n’y a que nous comme campeurs ! Nous avons quand même eu la visite d’un p’tit chat. Sous les hautes branches, on marche sur les feuilles tombées en direction du fleuve et du pont, qui a une histoire. Il fût dynamité en juin 1940 pour retarder l’avancée des troupes allemandes. Un bac le remplace pendant la guerre. Un pont provisoire est établi après la guerre et ouvre en juin 1947 ; ses neuf travées sont constituées de charpentes métalliques récupérées des pontons de débarquement d’Arromanches.
De retour au camping, on peut apercevoir au fond quelques caravanes abandonnées, dont une Digue des années 60. La nuit tombe vite, la fraicheur aussi, le calme vient et nos pensées s’apaisent…
8 octobre, le jour j est arrivé ! Debout à 6h, préparation dans le noir, à la lampe de poche !

Arrivés à Lapalisse à 7h30, et déjà il y a du monde, des 4 coins de la France, mais aussi d’Angleterre, d’Allemagne, de Suisse, de Belgique et des Pays-Bas.
9h30, on commence à se déplacer, et le bordel commence ! Dans la bonne humeur bien sûr (sauf peut-être pour les automobilistes non rétro). 403, dauphine, 4cv, fregate, 203, aronde, 2cv, traction, 404, cox et j’en passe, créent le premier bouchon. Les faux gendarmes font la circulation, et les appareil photos sont de sorties. Le premier convoi est passé, nous filons vers St Prix et St Martin d’Estréaux, là où nous attend un bon café, échange entre passionnés et visite d’un bric à brac bien rétro. Vitesse de pointe : 30 kmh ! On a eu le temps d’admirer le paysage, même si le soleil n’est pas de la partie.
Sur la route, une 204 roule paisiblement, une DS se distingue par sa fière allure, une Chambord fait ronronner son v8, un facteur sillonne entre les voitures, les véhicules de pompier se font entendre de loin, les voitures de la gendarmerie s’excitent avec la sirène, les camions s’imposent comme les rois de la route, etc… C’est vraiment unique.
11h30, la circulation est bloquée partout. Certains groupes ne sont toujours pas partis bouchonner !
Mais que se passe t’il sur la N7 ? Que faire à par attendre et discuter, ou foutre un peu le bordel histoire de rigoler. Ici le mot embouteillage prend tout son sens !
12h30, on arrive au centre-ville, et c’est impressionnant le nombre de véhicules ! Certains parle de 3000 ! Non je pense que nous étions entre 1000 et 1500.

13h30, on arrive enfin à se garer, direction la friterie ! L’après-midi nous resterons tranquillement exposés au bord de la route, et le nombre de visiteurs et lui aussi impressionnant !
Notre attelage a eu beaucoup de succès, ça fait plaisir.
18h30, arrivés au camping de la route bleue, et comme toujours, très bien reçus. Le camping est bourré d’anciennes, c’est tout simplement génial. 1 seul problème se pose néanmoins = plus d’électricité !
Le camping n’étant pas prévu pour une demande aussi importante en jus, tout a sauté, et ce ne sera pas réparable, ce qui veut dire pas de chauffage dans la caravane ! Déjà qu’il n’y a pas de demoiselle dans le lit, si en plus y a pas de chauffage…. Heureusement qu’il y a une batterie dans l’Eriba pour la lumière.

9 octobre, 4h du mat, ça caille dans l’Eriba ! Une chouette a décidé de nous tenir compagnie.
8h30, hop hop hop, debout feignasse ! Manque de bol, le brouillard est de la partie, ce qui ne nous empêchera pas de décoller à St Prix pour la visite du musée de l’AVAIA, là où nous attendent une multitude de bahut rétro, restaurés ou épaves. On y trouve de tout : Dodge, Berliet, Bedford, Unic, Willeme, henschel, etc… Mais aussi d’anciens bus Saviem et engins militaires en tout genre. La visite vaut le déplacement !
De retour à Lapalisse, je me prépare au concours d’élégance, qui finalement n’aura pas lieu pour moi. Ayant programmé un thème du couple qui part en vacances sur la N7, je n’ai trouvé aucune femme voulant jouer le jeu. Il faut dire qu’à cette heure-là et en si peu de temps c’était pas évident, j’ai même demander à la candidate de miss France présente au château, mais son manager ma envoyé bouler gentiment ! Ce sera donc expo tranquille l’après-midi et discussions entre collectionneurs, avant de reprendre la route du retour (500 bornes à faire). Nous arriverons à Pouilly/Loire à 19h, avec un dernier arrêt devant les « 200 bornes ». La nuit se passera dans un coin tranquille, non loin du camping.
Les étoiles brillent, la nuit s’annonce une fois encore bien fraîche, mais l’on s’endort avec pleins de nouveaux souvenirs.
10 octobre, il est l’heure de retrouver ses racines. On quitte Pouilly sous un beau soleil et arriverons au domicile sous la pluie, comme dans le film « Bienvenue chez les ch’tis », la pluie est tombée juste au panneau « Département de la Somme ».

Voilà, c’est la fin d’une belle aventure, une manifestation à ne pas louper, je reviendrais avec plaisir.
Merci à tous ceux qui ont créé cet événement, et à tout ceux qui le font vivre.

Toutes les photos sont disponible sur ce lien :

Photos

dscn2427dscn2425

dscn2436dscn2461

dscn2460

img_4077

embouteillage-de-lapalisse-2016

DSCN2715
le dvd !

 montage1

voiture1_1969_2016montage-2

  • L’embouteillage de Lapalisse 2018, quelques photos :

Comme 2016, l’ambiance était au rendez-vous, et quel bouchon ! Environs 1200 véhicules et entre 25000 et 30000 personnes ! le tout sous le soleil ! que de souvenirs…

2cv, Ondine, Traction, 304, 4cv, DS, combi ou encore Berliet, Willème et bus ancien commence a bouchonner dans Lapalisse, 9h du mat et les rues sont déjà noirs de monde, pare-chocs contre pare-chocs nous progressons difficilement. Des milliers de photos, de sourires, d’échanges… et c’est que du bonheur ! Un grand merci aux organisateurs, aux visiteurs et aux grands passionnés comme moi qui n’on pas hésité a faire la route pour cet événement. (J’ai fait 1450kms en tout).

Vidéo reportage

Photos Lapalisse 2018

Photos Pougues les Eaux 2018

  • .

Divers

  • Sur cette page, des photos de mes voitures et autres véhicules m’appartenant ainsi que diverses voitures que je rêve d’avoir un jour dans mon garage. Des moments de tout les jours, du bricolage, la vie quoi…

 

 

 

 

 

 

 

 

dscn2561
Ma motobecane « 88 » de 1959. Ma première bécane a l’âge de 14 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN3358
ma boite a biscuit !

 

 

 

 

boule de Noel

Retrouver quelques-uns de mes albums photos sur mon site picasa :

Picasa photos albums

La 404 dans la presse

 

Mes expos

 

 

 

DSCN1583
Sur l’esplanade de Berck Sur Mer
14440906_597117857125806_940088566609465452_n
rouen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Autres albums photos :

Expo Amiens

Forges les Eaux

Joigny

Madine

Marquise 

Divers expos (Paris, Normandie, Vosges etc…)